Mis en ligne le 8 décembre 2001




En janvier, l'Euro devient incontournable. Si vous avez besoin d'un convertisseur à partir de votre monnaie, rendez-vous ici.
Tous les livres de cette page ont été mis en ligne pour Noël. Le Père Noël qui indique les nouveautés n'est donc placé qu'une seule fois. Père Noël dessiné spécialement par Guillaume, enfant taiwanais actuellement scolarisée en France. Merci Guillaume ;-)
pere noel
Merci Guillaume ;-)


Choix de livres de Sinoiseries
Accueil livres
Beaux-Arts Littérature Histoire, civilisation de 7 à 77 ans et plus


Les récits de voyage en Chine
AuteursTitres Commentaires
Détrie Muriel,
Boothroyd Ninette
Le Voyage en Chine. Anthologie des voyageurs occidentaux
Le voyage en Chine. Anthologie des voyageurs occidentaux du Moyen Âge à la chute de l'Empire chinois, éd. Robert Laffont, coll. Bouquins, 1992 (réimp. 1997), 1540 p., 27,37 €  (179,55 F)
Immense somme constituée d'extraits de récits de différents types de voyageurs (missionnaires, archéologues, marchands, militaires, etc), agrémentée d'un glossaire, d'index thématique et géographique, de la biographie des auteurs et de quelques cartes. La préface est très documentée et tous les textes abondemment annotés.
À savourer à petites gorgées, mais sans modération, pour prendre la mesure de l'extrême diversité de la Chine.
...Et Taiwan n'est pas oublié.
de las Cortes Adriano
Trad., intro & notes
Girard Pascale, Monbeig Juliette
Le Voyage en Chine du pere Cortes
Le Voyage en Chine, éd. Michel Chandeigne, coll. Magellane, 2001, 512 p., 30,41 €  (199,50 F)
« Au début du XVIIe siècle, l'expédition à caractère diplomatique d'un père jésuite conduite entre Manille et la Chine tourne rapidement court. Le navire se fracasse sur les côtes de la Chine du Sud et l'expédition se transforme en une pérégrination à travers les villages et les campagnes de la région de Canton et du Fujian. Les Espagnols et marins de l'embarcation devront leur salut à l'intervention des Portugais de Macao. Adriano de Las Cortes en a laissé une relation, conservée à Londres, d'un grand intérêt littéraire, qui allie récit fictif et récit réaliste, mais aussi historique et anthropologique pour l'abondance de développements concernant la vie quotidienne, les coutumes et les mœurs des Chinois. Le manuscrit présente en outre une série de dessins à l'encre que cette édition reproduit pour la première fois. » (Présentation des éd. Chandeigne et de la Librairie portugaise, Paris).

Pour ma part, je n'ai pas encore lu ce livre, mais les éditions Chandeigne font un très bon travail. Pour un aperçu de la présence des jésuites en Chine, plus particulièrement à Macau, lire les deux articles suivants :
Marco Polo
Prés., & ann. Ménard Philippe (Dir.)
Le Devisement du monde T.1. Départ des voyageurs et traversée de la Perse, éd. Droz, coll. Textes littéraires français n. 533, 2001, 288 p., 29,20 €  (191,51 F) Le premier tome de cette étude des 18 manuscrits français s'arrête à l'épisode du Vieux de la Montagne (chap. 42). Il s'agit de la première analyse très érudite de ce livre (qui a pourtant déjà fait couler beaucoup d'encre) originellement écrit en franco-italien, fruit de plusieurs années de recherches minutieuses.
Théroux Paul La Chine à petite vapeur, éd. Grasset & Fasquelle, 1989, 528 p., 21,43 €  (140,60 F) Cela fait bien longtemps que j'ai lu ce livre et pour tout dire, je ne sais même pas où il a disparu. Quoi qu'il en soit, lorsque je l'ai lu, j'avais eu l'occasion d'aller en Chine peu de temps avant et j'y ai retrouvé “ma Chine”. Des personnes avec lesquelles j'y suis retournée l'ont lu avant et pensaient que l'auteur exagérait. À leur retour, elles avaient changé d'avis.
Si vous voulez aller en Chine, je vous recommande ce livre, même si plus de 10 ans ont déjà passé dessus. Si vous partez en voyage organisé il y aura certainement peu de points communs entre “votre Chine” et celle de Paul Théroux, surtout si vous faîtes les circuits les plus répandus (non sans raisons) genre Shanghai,-Beijing-Xi'an. En revanche, si vous vous donnez le temps de connaître la Chine et les Chinois en train (ce qui permet d'économiser pas mal de nuits d'hôtel), sans courir de monuments en sites historico-touristiques, vous vous y retrouverez certainement un peu.
Beurdeley Michel Peintres jésuites en Chine
Peintres jésuites en Chine au XVIIIe qiècle, éd. Anthèse, 1997, 217 p., 21,43 €  (140,60 F)
Ce livre aurait tout aussi bien eu sa place sur la page Beaux-Arts. Après réflexion, je le trouve mieux ici (d'autant que la page Beaux-Arts s'alourdie ;-))
Dans ce livre plein de reproductions, qui prêtent souvent à sourire, on apprend beaucoup sur la vie des jésuites en Chine et la place que certains ont occupée auprès des empereurs, notamment Qianlong et Kangxi. Nous sommes en plein dans l'époque des chinoiseries, et ça marche dans les deux sens : les Français découvrent entre autre la porcelaine à base de kaolin (du nom d'une localité chinoise près de Jindezhen où l'on fabrique les célèbres porcelaines très fines du même nom) ; les Chinois découvrent les jets d'eau et les constructions à la Le Nôtre.
Au fil des pages, vous découvrirez des empereurs en perruque, des jésuites en costume chinois, et surtout, comment les Occidentaux (Castiglione -Lang Shining-, Denis Attaret...) ont interprété la peinture de paysage chinoise et ont souvent été employés comme peintres-reporters avant la lettre.
Ce livre est malheureusement épuisé mais on le trouve encore assez facilement d'occasion (ISBN : 2904420932). Si vous n'avez pas de librairie digne de ce nom près de chez vous, essayez chapitre.com. Je l'ai trouvé récemment chez Proxis.be à 69,19 euros (port gratuit pour la France et la Belgique à partir de 12,20 euros).
Si vous voulez en savoir plus sur nos ancêtres voyageurs, allez visiter cette page du CRLV (Centre de Recherche sur la Littérature des Voyages), Sorbonne / Paris-IV, vous trouverez probablement de quoi satisfaire votre curiosité. Également des conférences (Quicktime) dont celle de Meng Hua « Un Chinois en Europe au 18e siècle : Fan Shouyi (1682-1753) et le premier récit de voyage chinois sur l'Europe, Shenjian lu (Notes des choses vues) », donnée le 1er février 2000 au cours du séminaire de François Moureau. Meng Hua est l'auteure d'une thèse de 3e cycle : Voltaire et la Chine et est actuellement professeur à Beida (Université de Pékin) et directeur de son Institut de Littérature et Culture comparées. Elle a participé au colloque « L'image de la Chine dans la littérature de voyage européenne : altérité et fascination » (initialement intitulé « Les Voyageurs européens en Chine. Images et réalités »), 29-30 août 2001, Shanghai.
Zachmann Patrick

Da bizi couverture
W ou l'œil d'un long nez, éd. Marval, 1995, 47 p. de texte fran&#ccedil; + 126 pl. photos coul. et n. & b.,
da bizi
Livre superbe qui joue judicieusement avec “le poids des mots et le choc des photos”. Les questions posées par l'altérité surgissent de plus en plus violentes au fur et à mesure qu'on avance dans le livre. Suspense, intrigue, énigmes des photos (dont la légende est trilingue français, chinois et anglais mais pas le texte du milieu).
Avec ce livre nous avons affaire à la quête éperdue d'un voyageur contemporain cherchant à percer les mystères de la communauté chinoise depuis Paris, qui le conduit à Taiwan, à Hongkong, à New York, en Chine populaire au Vietnam, en Thaïlande... Pour finalement revenir à son point de départ, au sens propre et au sens figuré un peu plus chargé de questions.
C'est tout simplement le livre d'un humain qui va à la rencontre de ses semblables.

Pour la petite histoire  Les longs nez désignent les étrangers Occidentaux


Recherche dans Sinoiseries

Mot exact  résultats par page


Ou la Superfouine de Sinoiseries
ou







Venez faire la causette
dans le Babo zhan
Laissez vos impressions
dans la Maison de Thé
Inscrivez-vous
à la Lettre de Sinoiseries
Une question, un problème...
écrivez à la webmandarine de Sinoiseries
Sommaire très sommaire

Une petite voix dans l'urne pour Sinoiseries ;-)